Contributeur

Risques adressés par le rôle

Stagnation opérationnelle

En l'absence de contributeurs, le service numérique commun n'évolue pas. Cela peut être approprié s'il continue à remplir son rôle vis-à-vis de sa communauté, mais peut poser un problème si plus personne en son sein n'est capable de mener les évolutions. Le risque est en effet de basculer vers un modèle propriétaire où un nombre restreint d'entités prennent la main sur les évolutions et en créent un marché.

Forme juridique

Les contributeurs sont en premier lieu des utilisateurs.

Un contributeur ne peut être qu’une personne physique.

Une personne morale ne peut contribuer à des communs qu’indirectement, par l’affiliation de contributeurs individuels, par exemple ses salariés ; ou en étant sponsor de l'activité des contributeurs par un soutien financier, logistique, réputationnel…

Rétribution

Dans la plupart des cas, la première des rétributions pour les contributeurs consiste en leur bénéfice à l'utilisation du service numérique commun. Il n'est donc pas nécessaire de prévoir une rétribution spécifique.

Néanmoins, si les contributions ne sont pas reconnues, la motivation des contributeurs peut diminuer. Dans le cas d'un commun contributif, cela peut aboutir à sa disparition. Pour pérenniser la communauté, les contributeurs doivent s'y sentir bienvenus en tant qu'utilisateurs, mais aussi reconnus, voire récompensés, en tant que contributeurs.

Cela peut évidemment se faire par une rétribution financière, par exemple sous la forme d'indemnité, de salaire ou de contrat de prestation. Mais cette reconnaissance peut également provenir, de manière non exclusive, par de la réputation, par exemple en mettant en avant le nom de la personne ayant contribué, ou encore par des pouvoirs décisionnels étendus dans la limite du commun.

L'attribution de ces récompenses peut être faite de manière automatique, par exemple en mettant en avant les plus contributeurs les plus assidus comme le fait Wikipédia ou comme le permet GitHub.